EFFICACITE DES DISPOSITIFS UVC SANUVOX

EPA – l’agence américaine de protection de l’environnement, étudie les dispositifs UVC pour le traitement de l’air

[TRADUCTION LIBRE] Etude de l’efficacité de l’inactivation biologique dans les systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation grâce aux dispositifs de lumière ultraviolette dans les conduits.

Contexte
Le Centre de recherche sur la sécurité intérieure (National Homeland Security Research Center – NHSRC) de l’EPA exploite un centre d’essai et de recherche technologique. Le programme d’évaluation (Technology Testing and Evaluation Program- TTEP) a pour but d’effectuer des tests sur les technologies liées à la sécurité intérieure qui protègent la santé humaine et l’environnement des effets néfastes résultant d’actes de terrorisme.

L’une des méthodes potentielles de terrorisme est l’introduction intentionnelle d’agents de guerre biologique (biological warfare agents – BWA) dans
les systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) des structures cibles afin de distribuer les organismes pathogènes. L’introduction de BWA dans le système de chauffage, de ventilation et de climatisation d’un bâtiment pourrait nuire à de nombreuses personnes, en fonction de la taille du bâtiment. Cette menace potentielle indique qu’il est nécessaire d’identifier et de tester les dispositifs qui pourrait être utilisé pour détruire les BWA lorsqu’ils passent dans le système de traitement de l’air d’un bâtiment.

Une catégorie de la technologie qui peut répondre à ce besoin utilise une configuration de lumières ultraviolettes (UV) qui peuvent être déployées à l’intérieur des conduits d’air du bâtiment. Le rayonnement ultraviolet à ondes courtes dans la bande « C » (UVC ou UVGI – germicide) est utilisée depuis plus de 100 ans pour inactiver les microorganismes. Les premières recherches dans ce domaine était destiné à la lutte contre les agents pathogènes très infectieux dans les établissements médicaux. Il a été démontré que les UVC sont efficace pour tuer Mycobacterium tuberculosis, l’agent causal de la tuberculose, et d’autres bactéries y compris les mycoplasmes, ainsi que les virus et les champignons.

En testant et en évaluant les technologies liées à la sécurité intérieure, le programme TTEP fournit des informations impartiales et tierces des informations sur les performances qui peuvent compléter les informations fournies par les fournisseurs. Ces informations sont utiles pour les décideurs dans l’achat et l’application des technologies testées.

Les évaluations de TTEP sont menées conformément à des protocoles rigoureux d’assurance qualité pour garantir que des données connues et de haute qualité soient générées. Les chercheurs du TTEP ont récemment procédé à l’évaluation des performances de neuf systèmes d’exposition aux ultraviolets des dispositifs lumineux :
• American Ultraviolet Corporation ACP-24/HO-4
• Atlantic Ultraviolet Corporation AeroLogic Model AD24-4
• Dust Free Bio-Fighter 4Xtreme, Model 21
• Lumalier ADPL-60-8
• Novatron, Inc. BioProtector BP114i
Sanuvox Technologies Inc. UV Bio-Wall 50 Outwardly Projecting Air Purifier
• Steril-Aire, Inc. Model SE1 VO with GTS 24 Emitter
• UltraViolet Devices, Inc.

La capacité de ces dispositifs à inactiver les bioaérosols à l’intérieur des systèmes de CVC a été évaluée.


Conception des tests
Les neuf dispositifs UVC évalués dans le cadre du programme TTEP sont conçus pour être montés à l’intérieur d’un système de chauffage, de ventilation et de climatisation pour inactiver les bioaérosols lorsqu’ils migrent dans le système de traitement de l’air. Les dispositifs ont été testés séparément dans un conduit d’essai en laboratoire avec une génération d’aérosol et de microbiologie de pointe et des équipements de mesure. Les tests ont été réalisés à l’aide de trois micro-organismes – deux bactéries (une sporulée et une végétative) et un virus – dont les caractéristiques structurelles et la sensibilité à l’inactivation des UVC en fait des substituts raisonnables des BWA.

Chaque dispositif a été testé trois fois, une fois pour chaque microorganisme de test. Au cours des tests, les micro-organismes d’essai ont été générés
et introduit dans le conduit d’essai en amont de l’appareil installé. Au fur et à mesure que l’air s’écoulait dans le conduit, les bioaérosols ont traversé l’appareil où ils ont été exposés aux UVC.

La capacité de chaque dispositif à détruire les bioaérosols lors de leur passage dans le conduit d’air de test est rapportée par l’efficacité de l’inactivation aérienne. Plus ce pourcentage est élevé, plus l’UVC est efficace dispositif.

Pour déterminer l’efficacité, des échantillons de bioaérosols ont été prélevés dans le conduit en amont et en aval de l’appareil. Ces échantillons ont été mis en culture, et le nombre de colonies bactériennes formées (CFU) ou les unités de formation de plaques virales (PFU) ont été comptées.

L’efficacité de l’appareil était alors calculé en pourcentage à partir du rapport entre les comptages en amont et en aval. Ce nombre est le
pourcentage de micro-organismes n’ayant pas survécu à une exposition aux UVc, corrigé du nombre de les micro-organismes qui sont morts à cause des rigueurs du passage dans le conduit sans être irradiés et pour la nombre de micro-organismes qui n’ont pas complètement traversé le conduit en raison d’un dépôt sur le conduit les murs.

Le facteur de correction utilisé pour l’efficacité d’inactivation a été déterminé en effectuant un test pour chaque micro-organisme sans la source UVC de l’appareil mis en marche. Les neuf appareils ont été testés de la même sorte.

Performances et résultats
Le tableau suivant indique les efficacités d’inactivation en suspension dans l’air de chaque dispositif pour chaque organisme d’essai. Tous les 9 appareils UVC étaient ≥99 pour cent efficaces pour inactiver les bactéries végétatives. Trois appareils UVC étaient efficaces à ≥93 pour les trois microorganismes. Cinq appareils avaient ≤46 pour cent d’efficacité pour l’inactivation de la forme sporulée de la bactérie et deux d’entre elles avaient ≤46 pour cent d’efficacité dans la destruction du virus.

La capacité de chaque dispositif à détruire les bioaérosols lors de leur passage en plus de l’efficacité de l’inactivation par l’air, d’autres attributs de chaque dispositif ont été évalués. Ce comprenant les mesures de dosage, la consommation d’énergie, l’intensité de la mesure unique, la chute de pression à travers l’appareil, et la température de l’air augmente à travers l’appareil. Plus d’informations sur ces mesures et les autres aspects de ces essais sont présentés dans les rapports complets de chaque appareil à l’adresse suivante http://www.epa.gov/nhsrc/news/news062606.html

Consulter la certification originale en anglais: https://www.dropbox.com/s/7pwxqaehac4newo/EPAUVBioInactivation100406.pdf?dl=0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *